Le projet

Pour célébrer les 100 ans du SNJ – le Syndicat national des journalistes – les étudiants de l’Institut Pratique du Journalisme de Paris-Dauphine et ceux de l’École de journalisme du CELSA font pour la première fois rédaction commune. Au total, nous sommes 34 étudiants à nous mobiliser pour couvrir l’évènement.

 

Des enjeux exacerbés

Incertitude autour des modèles économiques et éditoriaux, transformation des conditions de travail, questionnements déontologiques, difficultés des démarches d’enquête journalistique, augmentation des violences et des répressions à l’encontre des journalistes et des médias : la profession fait face à des défis considérables.

Cette 100e édition du congrès du SNJ est l’occasion de revenir en détail sur la profession, en posant sur elle un regard rétrospectif et prospectif, mais surtout en faisant se côtoyer les points de vue et les idées de « briscards » et de jeunes professionnels. Si la mémoire du syndicat s’avère précieuse pour nourrir notre réflexion, la carte blanche qu’il nous donne assure notre totale indépendance.

 

Radioscopie d’un métier

Mis en ordre de bataille et prêts à détricoter l’immense pelote des enjeux, nous avons défini quatre rubriques, autant d’entrées qui doivent permettre la radioscopie de notre métier.

  • Dans « 100 ans de luttes », nous reviendrons sur l’histoire du journalisme et de ses combats, notamment au travers du rôle joué par le SNJ.
  • « Comment ça va chez vous ? » nous amènera à la rencontre de représentants syndicaux auprès desquels nous prendrons le pouls de rédactions.
  • Dans « La Relève », nous nous entretiendrons avec des rédactions émergentes et porteuses d’innovations économiques, managériales ou/et éditoriales.
  • Une dernière rubrique traitera de plusieurs « Enjeux et défis » du métier de journaliste et des médias.

 

Espoir

Durant ces trois journées, nous auscultons le métier en montrant la diversité des initiatives et des médias. Cette radioscopie explore l’avenir de notre profession, celle que nous avons choisie et que nous exercerons demain.