L’augmentation du recours aux Prud’hommes, « un signe de la faiblesse du dialogue social »

Les journalistes sont de plus en plus nombreux à avoir recours aux Prud’hommes. Les litiges montrent la précarisation du métier. Et avec la dégradation du dialogue social, la situation ne va pas en s’améliorant.

Une procédure aux Prud’hommes peut durer jusqu’à quatre ans avant d’aboutir. Crédit : Héloïse Linossier.

 

Quatorze ans de CDD dans la même entreprise de presse. C’est le cas d’un salarié qu’a accompagné Antoine Chuzeville cette année. « Cela représente 225 CDD cumulés ! », s’exclame ce membre du bureau national du Syndicat National des Journalistes (SNJ).

Antoine Chuzeville se souvient aussi d’une amie de promo à l’école de journalisme: « Elle était douée dans ce qu’elle faisait. Pendant sept ans, elle a cumulé les CDD. Son entreprise lui faisait espérer un CDI, mais ça ne venait jamais. » Ecoeurée, elle a tout quitté pour se reconvertir. Aujourd’hui, cette femme se dit qu’elle aurait dû saisir les Prud’hommes.

Un usage abusif des CDD

En 2018, Antoine Chuzeville, membre du bureau national du SNJ, a accompagné une dizaine de journalistes aux Prud’hommes. Photo : Guillemette de Préval

« La moitié des cas que je traite concerne l’usage abusif de CDD par les entreprises de presse, précise le syndicaliste. D’ailleurs, les Prud’hommes en ont marre. Ils signalent aux employeurs que ces problèmes ne devraient pas être traités ici. »

Depuis quinze ans, ce journaliste de France Télévisions accompagne à l’audience les journalistes qui le souhaitent. L’ an dernier, il en a accompagné une dizaine. « On est là pour les soutenir, pour qu’ils se sentent moins seuls. Et ça permet de représenter la profession. Quand ceux-ci obtiennent gain de cause, le syndicat peut percevoir des dommages et intérêts. »

Pour contester un acte de l’entreprise de presse qui l’emploie, chaque journaliste peut saisir les Prud’hommes, un tribunal constitué de juges non professionnels, de représentants syndicaux et de représentants patronaux. Que ce soit en raison d’un contrat précaire, d’un licenciement jugé abusif ou de cotisations sociales non réglées.

De plus en plus de tensions

« Dans un monde idéal, il ne devrait pas y avoir de conseils de Prud’hommes! Ce serait le signe que les situations peuvent se résoudre par le dialogue », souligne l’élu syndical. Quand un litige a lieu, une phase de conciliation est d’abord initiée entre les deux parties. Le journaliste peut notamment demander un conseil de discipline. « C’est quelque chose d’assez informel, explique Antoine Chuzeville. On se retrouve autour d’une table et on discute. »

Avant, la démarche était encore plus simple. Le syndicaliste avait coutume de se rendre directement au service des Ressources humaines de l’entreprise. « Pour un abus de CDD, on réglait ça à l’amiable, parce que c’était peu courant », se souvient-il. Les choses ont changé. « Le contexte économique est devenu beaucoup plus rude et chacun se radicalise, poursuit Antoine Chuzeville. On assiste à une judiciarisation des entreprises de presse dans un climat tendu. C’est un signe de faiblesse du dialogue social. »

Discrimination syndicale

Pierre a assigné un quotidien de l’Est aux Prud’hommes. Ce journaliste témoigne: « Dès le début de l’affaire, mon employeur s’est montré très offensif. Aucun dialogue n’était possible. » En procédure depuis quatre ans, celui qui a rejoint le SNJ dès 1994, estime avoir été victime de « discrimination syndicale ».

« Je demandais à évoluer depuis plusieurs années, explique-t-il. Je m’occupais de l’éducation pour une grande métropole et la direction a souhaité m’affecter dans des petites communes de zones périurbaines. »

D’après ce journaliste, la direction de l’entreprise mène une lutte contre les syndicats et tente de faire ce rapport de force un exemple. « Il s’agit avant tout de ne pas se laisser faire et de faire reconnaître la discrimination. Que cette pratique cesse, revendique Pierre. Malheureusement, beaucoup de journalistes abandonnent. »

 

Guillemette de Préval et Héloïse Linossier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *