A France 3, « on ne nous parle que d’économies »

Myriam Figureau est journaliste à France 3 Lyon. Elle nous raconte son quotidien, marqué par des injonctions de la hiérarchie à réaliser des économies. Sans que celles-ci tarissent son amour pour le métier.

Photo : F.G.

Avec ses 45 journalistes, France 3 Lyon couvre cinq départements,  l’Ain, l’Ardèche, la Drôme, la Loire et le Rhône, en plus de deux éditions locales. Myriam Figureau travaille pour l’édition du Grand Lyon.

Depuis plusieurs années, elle assiste à un resserrement du budget alloué par France Télévisions. Le mot à la mode, c’est l’ETP (Equivalent temps plein). « En ce moment, on ne nous parle que de ça, faire des économies d’ETP! » En d’autres termes, réduire les effectifs. Au Grand Lyon, ils sont quatre journalistes, contre six il y a trois ans. « Les gens malades ou en formation ne sont pas remplacés », précise Myriam Figureau.

Moins de reportages

Il n’y a pas que les effectifs qui diminuent. La qualité du journal diminue aussi. « Nos programmes ont perdu deux minutes. Il y a aussi moins de reportages et beaucoup plus de desk et de direct pour combler l’antenne. C’est triste. » La journaliste de France 3 Lyon regrette également que des reportages soient annulés car il n’y a pas assez de personnel pour les réaliser. Et quand il y a des reportages, ils ne sont plus diffusés à l’échelle locale uniquement, mais étendus à l’échelle régionale.

Quand elle pense à ses confrères de France 2, la reporter relativise: « Il y a du positif! France 3, c’est un espace de liberté. Les journalistes montent leurs reportages de A à Z, alors qu’en national, ils le font souvent en kit, avec trois ou quatre équipes. »

Active sur les réseaux sociaux, la journaliste se réjouit aussi du tournant numérique. Créée l’an dernier, la nouvelle plateforme de vidéo à la demande rassemble les 300 sites de France télévisions. Chaque jour, 500 nouveaux contenus sont mis en ligne. Myriam Figureau est confiante sur ce point: « On commence à avoir des sites internet performants. »

 

Fanny Guyomard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *