Cinq idées pour réformer l’audiovisuel public

Alors qu’une grande réforme de l’audiovisuel public se prépare en France, nous avons interrogé cinq journalistes travaillant pour le service public, en marge du congrès du Syndicat national des journalistes (SNJ) qui a débuté ce 17 octobre à Paris. Voici leurs idées.

« Laisser plus d’autonomie financière à France Télévisions grâce à la vente de produits dérivés »

Stanislas Madej est journaliste à France 3 Picardie

« On sait qu’on aura de moins en moins d’argent public donc il faut laisser France Télévisions générer ses propres ressources. On nous cite souvent en exemple la BBC, et justement la BBC gagne de l’argent sur les produits dérivés de ses programmes, comme avec les Teletubbies. Si France Télévisions vendait un coffret avec les 100 meilleures émissions de Thalassa, le public se l’arracherait ! Quand on le fait aujourd’hui, c’est l’éditeur ou le producteur du produit qui gagne de l’argent. France Télévisions devrait avoir une maîtrise du produit, pour qu’il devienne une manne financière. »

 

« Faire des économies à France Télévisions »

Baudoin Calenge est journaliste à France Bleu Poitiers

« La télévision régionale coûte trop cher. Elle a beaucoup de moyens, mais je ne suis pas sûr qu’ils soient bien utilisés. A France Bleu Poitiers et La Rochelle, il y a 14 journalistes et deux rédacteurs en chef. Pour France Télévisions Poitou-Charentes, qui couvre le même périmètre, ils sont une quarantaine, rédacteurs et journalistes reporteurs d’image, pour deux heures de programmes. Vu leur nombre, on peut se dire qu’ils pourraient faire un peu plus… »

 

« Rétablir la publicité entre 20 heures et 21 heures »

Myriam Figureau est journaliste à France 3 Lyon.

« La publicité a été supprimée de toutes les chaînes de la télévision publique entre 20 heures et 6 heures. Or c’est dangereux de faire laisser reposer le financement de France Télévisions uniquement sur la contribution à l’audiovisuel public. Il faudrait peut-être un retour de la publicité entre 20 heures et 21 heures pour nous mettre à égalité avec les chaînes privées. »

 

« Etendre nos programmes à d’autres pays »

Frantz Montoban est journaliste à Guyane la 1ère

« A France 3 en Guyane, nous produisons une dizaine de sujets par jour, qui ne sont diffusés qu’une seule fois, voire deux. Ensuite, ils partent aux archives. Or, on pourrait diffuser nos magazines à toute l’Amérique du sud, pour les HaÏtiens, Guadeloupéens, Martiniquais, Dominicains… Ce pourrait être un bilan de la semaine : « qu’est-ce qui se passe chez le voisin? » Cela donnerait aussi plus de poids à la francophonie : la France s’exporterait plus vers l’extérieur et cela améliorerait le vivre-ensemble. »

 

« Plus de formation continue pour les journalistes »

Emmanuel Tusevo Diasamvu est journaliste à Mayotte la 1ere.

« Il faudrait donner plus d’accès à des formations pour les journalistes. Il ne faut pas seulement balancer des sous sans se préoccuper du résultat. Aujourd’hui, on a des formations, mais on nous envoie le formateur de Paris pour une durée d’une semaine seulement. J’ai eu une formation web sur deux jours l’année dernière uniquement… C’est trop peu. Et je trouve aussi qu’on devrait durcir les critères de recrutement des journalistes. »

 

Fanny Guyomard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *