Explicite a l’ambition de devenir un « média de référence »

Explicite a fait son apparition sur les réseaux sociaux début 2017, fondé par des journalistes d’iTélé ayant quitté la chaîne après une grève historique. C’est aujourd’hui un média généraliste indépendant que l’on trouve sur internet et sur une application, et qui veut « faire comprendre » l’information.

Après avoir occupé des locaux prêtés, la rédaction d’Explicite a acquis un nouvel espace dans les Hauts-de-Seine. ©Noémie Koskas

En fin de matinée, les locaux spacieux d’Explicite sont presque vides. Au rez-de-chaussée, seuls quelques bureaux sont investis par des journalistes, casques sur les oreilles et les yeux fixés sur leur écran. « Beaucoup de journalistes sont en reportage », note Emmanuel Goubert, directeur de la rédaction du jeune média et ex-chef du service reportages d’iTélé. Accessible sur les réseaux sociaux dès janvier 2017, c’est en avril 2018 que ce « média digital » s’est doté d’une application et d’un site internet. Aujourd’hui, 22 personnes (dont des alternants) travaillent à plein temps pour alimenter les différentes plateformes de diffusion.

Un média pédagogue

Explicite est « un média d’actualité et de connaissances » qui a l’ambition de devenir « un site de référence ». Face à la surabondance d’informations quotidiennes, les journalistes font le choix de ne pas tout traiter et d’apporter une dimension explicative importante. « L’info qui fait comprendre l’info » peut-on d’ailleurs lire sur leur site internet.  » Comme l’indique le nom « Explicite », les créateurs souhaitent « raconter aux gens ce qui se passe dans le monde et apporter une dimension pédagogique au projet », ajoute le directeur de la rédaction.

Ce média cherche à toucher un large lectorat: il s’adresse aux étudiants, aux familles, aux férus de l’information… Leur but ? Ne pas se restreindre à une niche très informée, ou au cercle de leurs soutiens de la première heure.

Emmanuel Goubert raconte que la volonté première était de « ne pas submerger les gens avec énormément d’informations » et « de trouver un autre rythme que celui des chaînes d’info, même si ce type de traitement de l’info est dans notre ADN ». Dans la plupart des sujets publiés sur le site, le lecteur peut cliquer sur un bouton qui donne accès à des connaissances complémentaires, comme une explication sur les personnes citées ou des éléments plus spécifiques sur une actualité.

Cette démarche pédagogique est l’identité-même de ce nouveau média. Pour le futur, les journalistes ont la volonté de traiter plus de sujets et d’accueillir de nouveaux confrères pour enrichir le contenu de leur site.

Dans un premier temps, Explicite était présent exclusivement sur les réseaux sociaux. « C’est un excellent vecteur pour se faire connaitre. Mais cela ne constitue pas un modèle économique viable », insiste Emmanuel Goubert. Aujourd’hui, le média existe grâce à ses 2.000 abonnés, qui payent 8 euros par mois (12 euros pour un abonnement familial).

Pour lancer le projet, les anciens journalistes d’I-Télé ont récolté plus de 160.000 euros via une campagne de crowdfunding sur la plateforme KissKissBankBank. Parallèlement, ils ont créé une association de journalistes qui détient des parts de l’entreprise, tout comme les fondateurs du média. Chaque journaliste qui a participé au lancement d’Explicite s’est vu proposé d’acquérir des actions. Une manière de garder un lien avec ceux qui, depuis, ont quitté le navire mais gardent un oeil attentif sur l’évolution du projet qu’ils ont vu naître.

A noter que 26% des parts d’Explicite sont détenues par Guillaume Rambourg, dirigeant d’un fonds d’investissements et important donateur pour la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron. Pour se prémunir de tout conflit semblable à celui qu’ils ont vécu avec Vincent Bolloré, les responsables du média tiennent à faire signer une charte éthique à tous les investisseurs. Aujourd’hui, Explicite en cherche de nouveaux et travaille à recruter des abonnés pour s’imposer de façon pérenne dans le paysage médiatique.

Un média multi-supports et multi-formats

Comme d’autres médias, les journalistes d’Explicite s’aident de pigistes et d’agences pour certains sujets. Pour les reportages à l’étranger, ils ont recourt à des pigistes sur place. Mais les journalistes de la rédaction peuvent également se déplacer. « On fait un certain nombre de choix, explique le directeur de la rédaction. Si un sujet nous plait, on peut aller le traiter sur place, d’une manière plus longue et plus détaillée. Dans ces cas-là, ce sont des journalistes de la rédaction qui y vont. »

Pour les fondateurs du média, pas question de se limiter à un seul type de traitement de l’information. « Soyons souples sur les formats ! » sourit Emmanuel Goubert. Ainsi, Explicite couvre l’actualité avec des enquêtes, des reportages, des des vidéos, des podcasts et même des dessins. « C’est un média multi-supports (site, application, réseaux sociaux) et multi-formats (vidéo, son, texte et dessin) », précise le cofondateur. Le traitement de chaque reportage est réfléchi en amont. Aux journalistes de s’adapter au mieux. « Pour tous les reportages, on s’interroge, poursuit Emmanuel Goubert. Ce sujet-ci se prête-t-il plus à de la vidéo ou à de l’écrit? Au fur et à mesure que les journalistes préparent leur reportage, ils voient si le format qu’on s’était fixé est pertinent. »

Ailleurs, les rédacteurs doivent être multi-tâches et prendre les photos pour leurs articles ou filmer leurs images. Ici, monteurs, JRI, photographes et rédacteurs se côtoient pour couvrir l’actualité et mettre en avant des formats moins répandus comme les diapos-son.


 

Zina Desmazes et Noémie Koskas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *